L'OSTÉOPOROSE

L'ostéoporose est la fragilisation de l'os par baisse de sa qualité et quantité. Elle favorise la survenue des fractures.

Le risque fracturaire a été évalué dans les populations à travers le monde.

L'âge avancé, le sexe féminin, le mode de vie (tabagisme, obésité, anorexie, alcoolisme, sédentarité...), certaines maladies (et parfois leurs traitements, comme les corticoïdes), les antécédents fracturaires, favorisent le risque fracturaire.

Certaines fractures sont typiques de l'ostéoporose : fracture de la hanche (col du fémur ou trochantérienne), du poignet, du haut du bras (humérus), des vertèbres.

L'ostéoporose étant largement sous-diagnostiquée, la fracture est fréquemment une circonstance de découverte.

prévention ostoéoporose, Dr Rémi, Toulouse, Croix du Sud, chirurgie orthopédique et rhumatologie
Fracture d'épaule, fracture du haut du fémur, fracture du poignet, sont, avec la fracture du rachis, les 4 grands témoins de l'ostéoporose.

QUE FAIRE APRÈS LA FRACTURE ?

Traitement de la fracture

fractures ostéoporose, Dr Rémi, Toulouse, chirurgie orthopédique, Croix du Sud
prothèse inversée d'épaule, enclouage percutané du fémur, plaque antérieure de poignet

 

Le traitement orthopédique (immobilisation) ou chirurgical est décidé avec le chirurgien selon la lésion et son déplacement

Évaluation du risque fracturaire

 Les sociétés internationales proposent des outils d'évaluation du risque (score FRAX). Les données cliniques, et au besoin la densitométrie osseuse, servent de base à votre rhumatologue pour évaluer ce risque. 


Traitements secondaires

Les facteurs de risque modifiables (c'est à dire les habitudes de vie préjudiciables) doivent être corrigés.

Les activités physiques douces sont vivement encouragées (tonus, équilibre, masse musculaire, sont des atouts).

Le déficit en vitamine D, ou en calcium, doit être corrigé.

 

Le risque fracturaire peut amener le rhumatologue à proposer des traitements modifiant le métabolisme osseux.


L'approche multidisciplinaire (chirurgien, gériatre, rhumatologue) permet d'investiguer, identifier, et finalement traiter pour ostéoporose près de la moitié des patients fracturés. On est très loin du taux moyen de patient effectivement traité, quand la plupart est passé à travers les mailles du filets.