Entorse du pouce : luxation du pouce de Farabeuf

La luxation du pouce de Farabeuf est une entorse grave du pouce, au sens où des ligaments sont arrachés. En revanche, elle est assez spectaculaire pour ne pas passer à côté (voir plus bas). Le pouce est déformé, douloureux, dressé et inutilisable. La radio témoigne à l'évidence de la luxation de l'articulation métacarpo-phalangienne.

Après anesthésie locale des tissus périarticulaires, la manoeuvre de Farabeuf, chirurgien français qui a décrit ce traumatisme, permet de réduire l'articulation en place. Elle rajoute au côté spectaculaire car il faut exagérer la déformation pour remboîter le pouce.

Entorse du ligament collatéral ulnaire du pouce

Beaucoup plus sournoise, et plus fréquente, est l'entorse grave du ligament collatéral ulnaire du pouce. Il est facile de passer à côté du diagnostic. Le pouce est douloureux, mais en y prenant un peu garde, le patient reprend sa vie quotidienne tranquillement. Cependant, des phénomènes d'instabilité du pouce vont persister et empêcher les prises de force. En effet, sur une entorse grave, c'est à dire à grand déplacement, les 2 moitiés de ligament rompu se retrouvent dans des couches différentes de chair et ne peuvent plus se rejoindre pour cicatriser.

S'en rendre compte est pourtant simple : il faut vérifier, au besoin sous anesthésie locale et après radiographie de contrôle, que le pouce ne peut être déboîté. Si ce n'est pas le cas, c'est une entorse bénigne. Si c'est le cas, direction le bloc opératoire pour rattacher le ligament. Après quelques semaines de retard, il n'est plus possible de réparer et il faut utiliser des techniques palliatives.

chirurgie du sport traumatologie Dr Rémi Toulouse orthopédie
La flèche bleue désigne où ça fait mal, où le ligament se rompt, et la blanche le mouvement à appliquer pour le tester. En cas de rupture, le pouce peut être tourné de 90° sans peine (au mieux sous anesthésie locale)
chirurgie du sport orthopedie traumatologie Dr Rémi chirurgien Toulouse
Radio d'une entorse du pouce vieillie : même plus besoin d'appuyer dessus pour que la phalange soit de travers. Serrer avec force est devenu impossible : le pouce s'échappe.